Rechercher

DU LIEN ENTRE CONSCIENCE ECOLOGIQUE, BIEN-ETRE ET DEVELOPPEMENT DE SOI


Vous l'avez vu, chez The Mindful Deer, vous pouvez retrouver des produits zéro déchets mais aussi des produits de développement personnel comprenant de la papeterie et des loisirs créatifs. Pour certains d'entre vous, le lien entre considérations environnementales / développement personnel et loisirs créatifs n’est pas très clair. J’ai donc décidé d’y apporter un éclairage aujourd’hui.



Pour débuter cette explication, laissez-moi remonter aux prémices du projet « The Minful Deer ». Au tout début, j’avais cette volonté de proposer des produits zéro déchet. Bien que concernée très jeune par la problématique écologique, mon intérêt pour celle-ci s’est largement développé depuis mon arrivée sur l’ile de la Réunion. La vie insulaire m’a amenée à me questionner sur le circuit de nos déchets. Mon rapport aux produits en plastique et à l’usage unique a drastiquement changé.


La base du projet, c’est-à-dire la commercialisation de produit zéro déchet était là. Et puis, au fil des mois, du développement du projet, de mon avancée personnelle, de mes découvertes et de mes lectures, j’ai senti que quelque chose allait manquer à la marque, à son univers, à son offre : la notion d’humain, d’esprit, de développement personnel. J’ai alors travaillé à l’élaboration d’une gamme tournée vers le développement de soi, incluant de la papeterie, de la lithothérapie, des livres ésotériques, des jeux d’oracle, de la sonothérapie… J’avais l’ambition de créer tout une gamme permettant aux personnes de se reconnecter à leur être et de se développer humainement et spirituellement.


Pour de nombreuses raisons, financières, logistiques et techniques, j’ai dû, lors de l’élaboration de ce projet, faire des choix et limiter cette offre de produits pour arriver à ce qu’elle est aujourd’hui. Mais l’essence même de la marque et du produit est toujours là.


La marque devait initialement porter le nom de « Earth and spirit » : la terre, représentée par les produits zéro déchet et l’esprit, pour les produits de développement personnel.


J’ai par la suite changé ce nom pour « The Mindful Deer » qui résonnait bien plus en moi et qui surtout reprenait ces deux concepts : la biche / le cerf, symbolisant la nature mais aussi l’esprit grâce aux bois s’élevant au-dessus de la tête et enfin l’adjectif « Mindful » symbolisant l’esprit, la sagesse, le respect, la pleine conscience.


J'ai réalisé par la suite que, si pour moi, le lien entre ces deux concepts de respect de la planète et de développement de soi était clair, ce ne l’était peut-être pas pour tout le monde.


Je considère qu’un individu développant sa conscience environnementale et souhaitant agir pour le bien de la planète est un individu qui est parvenu à un mode de pensée dépassant sa propre personne, son propre bien-être. Cet individu est donc plus à même de développer de la compassion et du respect pour autrui, la planète, les animaux, l’environnement qui l’entoure, son écosystème.


Développer sa spiritualité, c’est amener les individus à penser au-delà d’eux même, au-delà de leurs seules considérations personnelles, c’est les amener à considérer quelque chose qui les dépasse, qui dépasse leur personne : la nature, les autres, les animaux, la planète, mais aussi quelque chose de plus grand encore, que l’on peut appeler comme on le souhaite : un Dieu, une énergie…


Enfin, le respect de la terre et de l’écosystème est intimement lié au bien être humain. Le bien être humain et les considérations environnementales ne sont pas contradictoires. Le bénéfice de l’un n’apport pas la contrainte de l’autre.


Ainsi, nous pouvons considérer que le développement de son esprit, de sa réflexion, ainsi que la bienveillance envers notre écosystème et envers autrui sont indéniablement liées.


Afin d'illustrer mon propos, je vous propose cette illustration, que l'on peut appeler "L'équation vertueuse de la bienveillance" qui démontre le lien intime entre bienveillance envers soi, envers l’écosystème et le collectif.



Pour conclure cet article et pousser un peu plus loin la réflexion, je vais citer plusieurs passages de l’ouvrage « La réconciliation » de Lili Barbery-Coulon :


« On a cru qu’on était, nous, les humains, une race à part, séparée de l’écosystème où nous vivons. Séparés des autres individus. Or si l’un de nous est déséquilibré, alors tout est instable. Si l’on ne prend pas soin de la planète Terre qui est la maison que nous partageons, alors nous ne prenons pas soin de nous. Notre économie n’est pas dissociée de cette équation. Nous avons imaginé un monde déconnecté de l’environnement, mais, en réalité, nous formons un tout avec la terre. »


« A partir du moment où l’on cesse d’être en colère contre soi ou les autres, on crée de la stabilité dans sa vie et autour de soi : c’est mathématique ! Apprendre à s’aimer plus va permettre d’avoir un impact exceptionnel sur son entourage. »


« Certains craignent que la vague actuelle de techniques qui prônent le développement personnel conduise à une société d’individus tournés sur eux même… Au contraire, plus on est en paix avec soi-même, plus on est en paix avec l’autre. Ce n’est pas de la spiritualité de bas étage, c’est une réalité. Le « je » se met alors au service du « nous ». L’aspect égocentrique disparait au profit du collectif. Lorsqu’on travaille sur soi, on prend du recul, on identifie mieux ses émotions sans les laisser nous submerger, donc on peut agir et se sentir utile (…). En croyant en soi et au bonheur, on inspire son entourage et on aide les autres à aller mieux. »


« Sur le plan écologique, comment cela se traduit-il ?

Plutôt que de suivre des listes d’injonctions culpabilisantes, on peut développer de la bienveillance pour soi même et les autres. Cela va forcément changer la manière dont on consomme, car on va avoir plus de plaisir à soutenir une marque qui a une démarche respectueuse des humains et de l’environnement plutôt qu’une autre. Avec le prisme de la bienveillance, les interrogations évoluent, les priorités changent et les besoins aussi. Personne ne détient la solution miraculeuse face à ce qui nous attend sur le plan climatique, c’est pourquoi il est indispensable de devenir autonome en se raccrochant à l’amour de soi et des autres pour prendre nos décisions. Il va falloir développer beaucoup de flexibilité d’esprit et ne pas rester figé sur de vieilles croyances pour pouvoir traverser les épreuves écologiques qui nous attendent. »



Je vous conseille vivement cet ouvrage, riche d’apprentissage. Pour le retrouver au format broché ou au format kindle, c’est ici !



J’espère que cet article vous a permis d’y voir plus clair dans ce lien entre considérations environnementales et développement de soi.


Le prochain article portera cette fois-ci sur le lien entre développement personnel et créativité, ce qui permettra de vous éclairer sur le lien étroit entre certains produits spécifiques de la marque.


Je vous dis donc à très bientôt !


Oriane